En cultivant la diversité

 
 

M. Salah MEKDALI : Agriculteur tunisien
ASOC
BP 02 Chénini Gabès 6041 Tunisie.

Interview

Question :

- « Am Salah » (M.) Qui vous êtes ? et qu’est ce que vous faites ici à Rio Branco au Brésil ?

Réponse : Je suis un agriculteur tunisien fils d’agriculteur, natif de la ville Gabès à Chénini (sud – est de la Tunisie). Je suis ici en tant que tel et je représente les agriculteurs conservateurs de semences de notre région du sud.

Q<

-Ce projet de Growing Diversity comment vous a-t-il découvert ?

R :

Nous avons dans notre ville «CHENINI » une ONG :Association de Sauvegarde de l’Oasis de Chéniné qui se préoccupe de la sauvegarde de cette oasis qui ma proposé en tant qu’adhérent de participer à une rencontre sur le sujet de conservation de biodiversité en agriculture à la ville d’El OUED en Algérie, pendant laquelle j’ai présenté avec l’aide de l’ASOC le travail de conservateur que je fais depuis mon jeune age que j’ai hérite de mon père et c'est dans ce cadre là que je suis actuellement ici au Brésil .

Q :

Quel genre de conservation ? et qu’est ce que vous faites avec les semences conservés ?

R : Je conserve les semences locales des légumineuses chaque année pour les semer l’année suivante.

Q :

« Am Salah » : pouvez – vous nous dire qu’elle est votre impression sur cet atelier ou (réunion si vous voulez) de GROWING DIVERSTY ? et est – ce qu’il y a une expérience ou une question particulière qui a attirée votre attention ?

R : je vais vous raconter une chose, dès l’indépendance de notre pays et si je me souviens bien c’était au début des années soixante, on nous a donné des semences gratuites de melon et de pastèques (dite meilleures) , que nous autres tunisiens produisons et consommons beaucoup de ces fruits. Cette pratique a durée quelques années jusqu’a ce que toutes les semences de variétés locales ont disparues rongés par ou perdus. A ce moment là on a commencé à nous vendre les même semences hybrides qui étaient gratuites avec un prix très élevé. Et hier lorsque le M. et la Dame ont soulevé cette question de transformation de semence et de droit de propriété j’ai compris l’importance de cette question mais avec un retard de plus de quarante ans !

Q : et quelles est votre réaction à ce sujet ?

R : tu sais bien ! il y a un proverbe arabe qui disait <<je fait de toi mon déjeuner avant que tu me feras ton dîner !>> donc il faut plus perdre du temps et essayer avec tous ces amis ici les paysans les associations les scientifiques et tout le monde de faire quelque chose pour sauver ce qui reste !

Par : Abdelhamid Zammouri

Président de l’ADD – Médenine Tunisie

Email : add_ass_tn@hotmail.com

   
{short description of image}

<< WORKSHOP HOME